Maison Martin Margiela

Maison Martin Margiela

«Dans le paysage de la mode, il y a d’abord la haute couture, sont venus ensuite les créateurs. Quelques uns d’entre eux ont réellement joué un rôle de transformateur dans leur époque. S’il y a évidemment les Japonais, Martin Margiela a lui aussi joué un rôle non négligeable. Paris lui rend aujourd’hui un bel hommage avec deux expositions dans les deux musées de la mode de la capitale française.»

Créateur belge, Martin Margiela est diplômé de l’académie royale d’Anvers. Après quelques années auprès de Jean Paul Gaultier, il choisit de lancer sa marque. Très vite se sont imposés des codes très particuliers. Avec une volonté d’apparaître en tant qu’homme invisible de la mode : pas de photo, pas de salut en fin de défilés et une étiquette vierge cousue de quatre fils blancs, il a créé un personnage atypique.

Mais Martin Margiela a oeuvré pour l’évolution de la mode, il a repensé le vêtement en regardant avec un nouvel oeil les créations du passé. Il a recomposé ou repris tels quels en les relabellisant des modèles d’hier. Parmi ses faits d’armes, les pulls en chaussettes avec des stocks de l’armés, les vêtements de Barbie transposés à l’échelle humaine, une collection de vêtements de théâtre réhabilités…


Il a popularisé l’oversize (dont les ondes de choc existent encore aujourd’hui) avec des modèles réalisés en taille 76.

Récupération, recyclage ou plutôt surcyclage en donnant une nouvelle noblesse à des modèles qui s’offrent une nouvelle vie par la seule décision du créateur.
Trompe-l’oeil, reconstrucution, non fini,… émaillent aussi ses collections toujours sous le signe du blanc. Des vêtements repeints en blanc, les boîtes, les sacs d’emballage, tout chez Maison Martin Margiela est passé au blanc de Meudon.
Pour les chaussures, Martin Margiela a imaginé des modèles inspirés des tabis japonais avec l’orteil séparé.

Atypiques, les défilés ont aussi participé à la création du mythe. Parking, terrains désaffectés, un train… des lieux curieux et l’accueil par le staff en blouse blanche, verre de vin à la main. Anonymat pour les mannequins qui défilent visage souvent masqué, caché, oblitéré d‘une perruque, d’un masque, de lunettes.
Avec sa collection artisanale, il a flirté avec la couture mentionnant le nombre d’heures nécessaire à la création.
Après 20 ans de mode, de défilés, Martin Margiela a tiré sa révérence et est parti vers d’autres aventures.

Le contenu visuel de ce site est la propriété des auteurs en référence. Nous nous appuyons sur un principe d’usage loyal et sur des codes de principe de la propriété intellectuelle. Si, pour quelle que raison que ce soit, un auteur ou un artiste souhaite la suppression d’un des éléments, nous ferons le nécessaire en supprimant ces éléments du blog. Le souhait de Maximiliano de Cabrera est de répandre et de défendre la culture et il suivra toujours les préceptes artistiques des créateurs mentionnés dans son blog.
Vous pouvez contacter pierre-maurice@maximilianodecabrera.com pour toute demande concernant un post, un visuel, que ce soit pour le supprimer ou l’amender.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.