Design de l’année

Design de l’année

«En tant qu’architecte, les créations de mes pairs m’ont toujours interpellé. Je m’identifie au parcours de nombre d’entre eux ayant moi-même participé à la restauration d’anciens monuments. Tous ces nouveaux bâtiments, érigés par de grands architectes, participent à un patrimoine du futur que je trouve passionnant.»

À Washington, le nouveau bâtiment du Smithsonian consacré à l’histoire de l’Amérique et de ses relations avec l’Afrique, une œuvre de David Adjaye a été élu à Londres design de l’année (il était notamment en compétition avec une œuvre de Zaha Hadid).

Diplômé du Royal College of Art, David Adjaye a créé son bureau à Londres et en a ouvert d’autres dans les principaux pays où il travaille. Surnommé le « starchitecte » en raison de multiples collaborations avec des célébrités dont l’acteur Ewan McGregor, le styliste Alexander Mc Queen ou encore l’artiste Jake Chapman, il ajoute à son palmarès people nombre de constructions remarquables.

Le Smithsonian National Museum of African American History and Culture a pour mission d’orchestrer un contenu historique important et complexe pour le pays (de l’esclavage à l’élection d’Obama !). Choisi pour porter cet ambitieux projet de 500 millions de dollars, David Adjaye a imaginé un bâtiment aux allures de pagode ; seraient-ce des paniers d’osier encastrés, une couronne yoruba… ? Habillé de cuivre, l’extérieur joue sur des reflets changeants en fonction de la lumière. De l’intérieur, les ouvertures permettent d’interagir visuellement avec les monuments de Washington.

Pour découvrir le travail de l’architecte et ses idées a été publié en 2005 : David Adjaye Houses : Recycling, Reconfiguring, Rebuilding. Parmi ses créations les plus emblématiques : Moscow school of Management, le Nobel Peace Center à Oslo. Une architecture où l’utilitaire le dispute à l’originalité et où l’humain joue aussi un rôle non négligeable. L’architecte a notamment imaginé des Asem-Pa, des logements en Louisiane pour l’après Katrina..

Très intéressé et proche des milieux de l’art il a notamment participé à la Biennale de Venise en 2015 : «All the world’s futures» avec Okwui Enwezor un projet spectaculaire pour lequel il a crée un dome brisé descendant en cascade en se figurant le mouvement des visiteurs découvrant l’œuvre.

Avec le Smithsonian de Washington, une apogée dans une carrière déjà riche et éclectique et le prix du design de l’année (Design Museum) dans la section architecture.

Le contenu visuel de ce site est la propriété des auteurs en référence. Nous nous appuyons sur un principe d’usage loyal et sur des codes de principe de la propriété intellectuelle. Si, pour quelle que raison que ce soit, un auteur ou un artiste souhaite la suppression d’un des éléments, nous ferons le nécessaire en supprimant ces éléments du blog. Le souhait de Maximiliano de Cabrera est de répandre et de défendre la culture et il suivra toujours les préceptes artistiques des créateurs mentionnés dans son blog.
Vous pouvez contacter pierre-maurice@maximilianodecabrera.com pour toute demande concernant un post, un visuel, que ce soit pour le supprimer ou l’amender.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.