Chandigarh

Chandigarh

«Le concept de ville nouvelle a quelque chose de fascinant surtout pour un architecte ! Souvent l’histoire a façonné la construction des villes autour de cours d’eaux et a imaginé des plans où la géométrie a droit de cité. Le XXe siècle a vu la création de deux grandes villes : Brasilia au Brésil sous l’instigation d’Oscar Niemeyer et Lucio Costa et Changigarh en Inde sous la houlette de Le Corbusier.»

Suite à la partition de l’Inde en 1947, la capitale du Pendjab, Lahore devint pakistanaise. Nehru décide alors de la création d’une ville nouvelle, ce sera Chandigarh (fort de Chandi en hommage à la déesse du même nom). Albert Mayer dessine un premier plan, mais ce sera Le Corbusier avec son cousin Pierre Jeanneret qui décideront de l’urbanisme et concevront les grands bâtiments publics nécessaires.

Le plan de la ville a été découpé en secteurs numérotés de 1 à 60, une modèle pratique pour s’orienter et trouver aisément son chemin. Il est à noter que des esprits rationnels comme les cousins Jeanneret ont choisi de ne pas utiliser le chiffre 13, dans le droit-fil d’une superstition très occidentale (aux sources de la Cène chrétienne ?). Pour la circulation a été imaginé un système à sept voies en fonction de la densité. À Chandigarh, la circulation a longtemps été plus fluide que dans les autres villes d’Inde, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Le capitole rassemble les constructions majeures du Corbusier et sont toujours dans un état assez remarquable même si des restaurations participent régulièrement à l’entretien des bâtiments. Le Palais des assemblées du Pendjab est entouré d’un plan d’eau et possède un toit voile de béton recourbée, majestueux. La Haute cour se dessine géométrique avec ses découpes ouvertes dans le ciel. Le choix de l’utilisation de couleurs vives vient animer joyeusement la façade. Les bâtiments du secrétariat, des bureaux en encore demeure le souvenir du mobilier de l’époque en bois et osier (aujourd’hui très recherché).
Une grande sculpture, une main ouverte dessinée par Le Corbusier, symbolise la ville nouvelle.

Ces bâtiments sont depuis 2016 inscrits au patrimoine mondial de L’Unesco.
Quelque 50 ans plus tard les bâtiments du Corbusier (même si en réfection) n’ont rien perdu de leur superbe.

Le contenu visuel de ce site est la propriété des auteurs en référence. Nous nous appuyons sur un principe d’usage loyal et sur des codes de principe de la propriété intellectuelle. Si, pour quelle que raison que ce soit, un auteur ou un artiste souhaite la suppression d’un des éléments, nous ferons le nécessaire en supprimant ces éléments du blog. Le souhait de Maximiliano de Cabrera est de répandre et de défendre la culture et il suivra toujours les préceptes artistiques des créateurs mentionnés dans son blog.
Vous pouvez contacter pierre-maurice@maximilianodecabrera.com pour toute demande concernant un post, un visuel, que ce soit pour le supprimer ou l’amender.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.