Astro Boy

Astro Boy

«Au pays des mangas, un petit robot, Astro Boy, a détourné la malédiction du nucléaire en devenant un héros dans l’archipel dès le début des années 50. Une thématique dans l’air du temps entre l‘écologie anti-nucléaire et les nouvelles puissances qui guignent l’arme fatale. Un soupçon de fantaisie autour d’un sujet grave et la magie du dessin.»

Si le Japon est devenu l’archipel des mangas, leur histoire est très ancienne. La popularisation du terme en Occident est due au retentissement des oeuvres d’Hokusai dont les carnets de dessins portaient ce nom. Célèbre artiste auteur d’estampes comme la magnifique Vague de Kanagawa, Hokusai est un artiste du début du 19e s. dont les oeuvres furent parmi les plus prisées du japonisme.
Quand Astro Boy naît en 1952, il s’appelle Tetsuwan Atomu et est un petit robot aux airs de Pinocchio. Imaginé par Osamu Tezuka, Astro Boy est élevé par des humains, mais robot il ne vieillit pas. Il se déplace comme une fusée avec des réacteurs dans les jambes et un rayon laser dans le doigt. Différents épisodes racontent la vie d’Astro Boy ; élevé comme un enfant, il est rejeté par son père parce qu’il n’est pas «humain».

La popularité d’Astro Boy demeure importante au Japon avec la présence des effigies du personnage et l’importance que lui a donné une série d’animation (près de 200 épisodes) racontant ses aventures. Plus récemment un long métrage d’animation l’a remis en orbite en 2009.

Tout l’ambiguïté du Japon et là, un violent et légitime rejet du nucléaire après Hiroshima et Nagasaki et la magie d’un super héros. Pour le spécialiste du Japon Jean-Marie Bouissou : « Astro Boy, qui allait à l’école avec les enfants de son âge et défendait le bien, la démocratie et l’égalité entre les races aux quatre coins du monde, avait un coeur atomique ». Devenu un héros au Japon, il serait à l’origine de la vocation de nombre de carrières scientifiques dans l’archipel. Et c’est aussi ainsi que le Japon s’est lancé dans l’énergie nucléaire avec un premier réacteur en 1963. Puis 55 réacteurs jusqu’à la catastrophe de Fukushima.
Astro Boy demeure populaire, une planche dessinée vient d’être vendue à 323.000 euros.
Une culture pop, un super héros par-delà la bande dessinée et une facette positive du nucléaire via un malicieux petit robot en culotte courte.

Le contenu visuel de ce site est la propriété des auteurs en référence. Nous nous appuyons sur un principe d’usage loyal et sur des codes de principe de la propriété intellectuelle. Si, pour quelle que raison que ce soit, un auteur ou un artiste souhaite la suppression d’un des éléments, nous ferons le nécessaire en supprimant ces éléments du blog. Le souhait de Maximiliano de Cabrera est de répandre et de défendre la culture et il suivra toujours les préceptes artistiques des créateurs mentionnés dans son blog.
Vous pouvez contacter pierre-maurice@maximilianodecabrera.com pour toute demande concernant un post, un visuel, que ce soit pour le supprimer ou l’amender.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.